S'il te plaît, apprivoise-moi…

Le ciel de Leyenda

bistrot

A la Cassagnac

Pour savourer, sans en rien perdre, tout le charme de cette méthode, il suffit de posséder un air excessivement crâne (ce qu’il ne faut pas confondre avec tête de veau), et une passion toute alsacienne pour la politique et la liqueur au houblon. La détention, au fond du gousset, d’un certain petit révolver Galand à six balles ne gâte en rien la perspective. Elle ajoute même je ne sais quel piquant à la situation, pour peu que l’étoffe assez mince de votre gilet ait le bon esprit de dessiner agréablement les contours de votre joujou familier.

A peine avez-vous pris place, que l’esclave vous sert, avec l’humilité de la brebis craintive, un bock et de quoi écrire. Votre plume court fiévreusement sur le velin. Dix fois vous jetez un oeil scrutateur sur le cadran de l’établissement, ce qui vous permet d’entendre les chuchotements de vos voisins.

View original post 348 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :