S'il te plaît, apprivoise-moi…

Le ciel de Leyenda

jean-baptiste-coulon

Ceux qui prétendent qu’il est juste que les comédiens soient excommuniés pendant leur vie, et qu’on fait bien de leur refuser la sépulture après leur mort, ne savent pas sans doute que c’est à ces mêmes comédiens que les pauvres sont redevables du droit que l’on perçoit pour eux sur les recettes des divers spectacles.

En 1696, les comédiens français, établis dans la rue des Fossés-Saint-Germain-des-Prés, décidèrent qu’on prélèverait, tous les mois, sur leurs recettes, une somme qui serait partagée entre les couvents les plus pauvres de Paris. Les Cordeliers n’ayant pas été admis au partage, adressèrent la requête suivante aux comédiens : 

Messieurs,

Les pères Cordeliers vous supplient très humblement d’avoir la bonté de les mettre au nombre des pauvres religieux à qui vous faites la charité. Il n’y a point de communauté dans Paris qui en ait un plus grand besoin, eu égard à leur grand nombre et…

View original post 91 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :