S'il te plaît, apprivoise-moi…

Archives de la catégorie ‘Actualités’

Dans les livres, il y a quelque chose de divin (Henri Michaux)

Arbrealettres


Les choses sont une façade,une croûte.Dieu seul est.
Mais dans les livres, il y a quelque chose de divin.

Le monde est mystère,les choses évidentes sont mystère,
les pierres et les végétaux.

Mais dans les livres peut-être y a-t-il une explication, une clef.
Les choses sont dures, la matière,les gens,les gens sont durs,et inamovibles.

Le livre est souple, il est dégagé. Il n’est pas une croûte.Il émane.
Le plus sale, le plus épais émane. Il est pur. Il est d’âme. Il est divin.

De plus il s’abandonne.

… Dans les livres, il cherche la révélation.
Il les parcourt en flèche.
Tout à coup, grand bonheur, une phrase … un incident… un je ne sais quoi,
il y a là quelque chose…

Alors il se met à léviter vers ce quelque chose avec le plus qu’il peut de lui-même,
parfois s’y accole d’un coup comme le fer à l’aimant.
Il y…

View original post 140 mots de plus

Comme de la Terre le Ballon léger ne demande que sa libération (Emily Dickinson)

Arbrealettres


Comme de la Terre le Ballon léger
Ne demande que sa libération —
L’ascension vers sa raison d’être,
Son essor, Résidence.
L’âme considère la Poussière
Qui l’a liée si longtemps
Avec indignation,
Comme un Oiseau
Frustré de son Chant.

***

As from the Earth the light Balloon
Asks nothing but release —
Ascension that for which it was,
It’s soaring, Residence.
The spirit looks upon the Dust
That fastened it so long
With indignation,
As a bird
Defrauded of it’s Song.

(Emily Dickinson)

View original post

La poésie n’aurait-elle plus rien à nous dire ? (Zéno Bianu)

Arbrealettres


Zéno Bianu [800x600]

La poésie n’aurait-elle plus rien à nous dire ?
Ne serait-elle plus le lieu privilégié des interrogations humaines ?
D’Infiniment proche au Désespoir n’existe pas, dix ans ont passé.
Dix ans en prise avec le balancier de la vie.
Dix ans d’écriture.

Des poèmes de bord, comme autant de témoignages d’amitié, d’amour, d’admiration, de deuil.
Des poèmes animés par un pari farouche : transformer le pire en force d’ascension.
Des poèmes pour reprendre souffle et tenir parole.
Des poèmes pour ouvrir un espace aimanté, irriguer le réel dans une époque vouée à l’hypnose.

Transmettre quelque chose d’irremplaçable : une présence ardente au monde, une subversion féerique.
La poésie – ou la riposte de l’émerveillement.

(Zéno Bianu)

View original post

Voyage impromptu

Le ciel de Leyenda

Oscar_ballon_foret Oscar en ballon

Un aéronaute, du nom de Brooks, descendu avec son ballon sur les terres d’un M. Hervey, fermier aux environs de Centralia (Illinois), laissa à la ferme son compagnon de voyage, nommé Wilson, pour vider et rapporter l’aérostat.

Le ballon fut attaché à une forte barrière, et avant qu’il fût complètement dégonflé, M. Hervey, le fermier, et sa femme, voulurent se donner les émotions d’une ascension captive. L’opération se répéta à plusieurs reprises, au moyen de la corde de l’ancre, au grand plaisir des deux époux. Lorsqu’ils descendirent de la nacelle, deux de leurs enfants, une petite fille de sept ans et un petit garçon de trois, voulurent avoir leur part de l’ascension et insistèrent tellement pour « aller aussi en l’air » que M. Wilson les plaça à leur tour dans la nacelle, et laissa remonter l’aérostat. Tout à coup la corde lui échappe des mains, et…

View original post 455 mots de plus

Shadows And Smoke

Hommage à l’élégant Roger Moore, 7 fois James Bond, à Ivanonoé, au Saint , à Bret Sinclair d’Amicalement Vôtre…

Roger Moore, né le 14 octobre 1927 à Stockwell (Londres) et mort le 23 mai 2017 à Crans-Montana en Suisse, est un acteur britannique surtout connu pour les rôles d’Ivanhoé dans la série télévisée Ivanhoé (1958-1959), de Simon Templar dans la série télévisée Le Saint (1962-1969), de Brett Sinclair, un lord dandy dans la série télévisée Amicalement vôtre (1971-1972), et de James Bond — succédant à Sean Connery et George Lazenby — dans la série de films d’EON Productions (1973-1985).
Roger George Moore naît le 14 octobre 1927 à Stockwell, près de Londres. Il est le fils unique de George Alfred Moore, un policier, et Lillian Pope (dite Lily), caissière puis femme au foyer.

Il fréquente la Battersea Grammar School (en) l’école primaire de Battersea. Il est évacué vers Holsworthy dans le Devon au cours de la Seconde Guerre mondiale. Il fait ses études secondaires à Amersham dans le Buckinghamshire. Il fréquente le collège de Bede et rejoint l’Université de Durham, mais n’a jamais obtenu de diplôme.

À 18 ans, peu de temps après la fin de la guerre, Moore est enrôlé au service national. Il suit l’école d’officiers et devient capitaine. Moore a servi dans le Royal Army Service Corps (en), commandant un petit dépôt en Allemagne de l’Ouest. Il a eu un grave accident de voiture avec fracture de la mâchoire et du crâne. Après quelques mois passés dans un hôpital de Hambourg, il rentre en Grande-Bretagne. Plus tard, il étudie à la Royal Academy of Dramatic Art, au cours de laquelle ses frais ont été payés par le réalisateur Brian Desmond Hurst. Moore était un camarade de classe de Lois Maxwell2.

Le jeune Moore a fait des apparitions dans des films à la fin des années 1940. À 17 ans, Moore est apparu dans César et Cléopâtre (1945)

Carrière
Roger Moore joue le rôle d’Ivanhoé dans Ivanhoé (Ivanhoe) qui est une série télévisée britannique en noir et blanc de 39 épisodes de 25 minutes, créée par Peter Rogers d’après le roman éponyme de Walter Scott et diffusée entre le 5 janvier 1958 et le 4 janvier 1959 sur le réseau ITV. En France, la série a été diffusée à partir du 11 avril 1959 sur l’unique chaîne, à l’époque, la RTF.

Roger Moore lors du tournage du film Le Commando de Sa Majesté en 1979.
De 1962 à 1969, Roger Moore joue dans Le Saint, ce qui a assuré sa célébrité internationale.

De 1971 à 1972, il joue le rôle de Brett Sinclair, un lord dandy et milliardaire dans la série télévisée Amicalement vôtre avec comme co-vedette Tony Curtis, dont la carrière connaît un nouveau souffle. Moore perçoit un cachet d’un million de dollars pour l’ensemble du tournage de la série, ce qui en fait, à cette époque, l’acteur de télévision le mieux payé au monde. Les premiers épisodes de la série sortiront même au cinéma dans plusieurs pays d’Europe, remontés sous la forme d’un film de 90 minutes intitulé Mission: Monte Carlo.

Cette série de succès lui permet d’asseoir sa crédibilité auprès des producteurs qui décident de le choisir pour reprendre le rôle de James Bond au cinéma, à sept reprises, remplaçant ainsi Sean Connery. En 1973, il joue dans Vivre et laisser mourir, en 1974, dans L’Homme au pistolet d’or où il est opposé à Scaramanga, joué par Christopher Lee. En 1977, il joue dans L’Espion qui m’aimait, en 1979, dans Moonraker, en 1981, dans Rien que pour vos yeux, en 1983, Octopussy et en 1985 dans Dangereusement vôtre où il est opposé à Zorin, un psychopathe joué par Christopher Walken.

En 1984, le producteur des Oies sauvages (son plus gros succès au cinéma hors James Bond) lui propose de reprendre son rôle aux côtés de Richard Burton dans Les Oies sauvages 2, il confesse non sans humour dans son autobiographie Amicalement vôtre que le rôle de James Bond lui était sans doute un peu trop monté à la tête (comprenez qu’il avait demandé un cachet certainement exorbitant), mais aussi qu’il n’aimait pas le sujet de cette suite. Curieusement, il écrira dans la préface du livre Et Dieu créa Richard Burton avoir abandonné cette séquelle après la disparition de ce dernier juste avant le tournage, ce qui est faux puisque démenti par les faits (un autre acteur l’avait remplacé depuis longtemps) et par… lui-même. La rumeur prétendant que le producteur l’aurait recontacté après la mort de Burton pour sauver le film Les Oies sauvages 2 du désastre (il aurait alors hérité du rôle principal) est peut-être fondée, mais Moore ne peut avoir refusé son aide car il était en tournage à Paris (pour tourner Dangereusement vôtre) au moment où Les oies sauvages 2 se tournait à Berlin. Les deux hommes peuvent d’ailleurs être entendus en train de commenter ensemble Les oies sauvages sur le DVD, et ce en toute amitié.

En 1991, Roger Moore devient ambassadeur de l’UNICEF pour défendre les droits de l’enfant.

Roger Moore soutient activement les droits des animaux avec l’association PETA, de laquelle il reçoit un prix en 2009 pour une campagne anti foie-gras..

Vie privée
Roger Moore épouse en 1946 sa première femme, la patineuse Doorn Van Steyn (née en 1922, décédée le 24 août 2010).

En 1953, il divorce pour épouser la même année la chanteuse Dorothy Squires, de 12 ans son aînée (née en 1915, décédée en 1998) et, à cette époque, beaucoup plus célèbre que lui ; ils vécurent ensemble pendant une courte période à Dafen (en) dans le Llanelli, au sud du Pays de Galles.

À son retour en 1961, alors qu’il tourne en Italie, il abandonne Dorothy pour l’actrice italienne Luisa Mattioli (it) qu’il épouse en 1969, après que Dorothy a finalement accepté de divorcer en 1968. Ils auront une fille, Deborah et deux fils, Christian et Geoffrey6. Séparés en 1993, ils divorcent en 2002.

En 1993, Roger Moore apprend qu’il est atteint d’un cancer de la prostate. Après avoir terminé une tournée en Finlande pour l’UNICEF, il entre à l’hôpital de Cedars Sinai pour une intervention chirurgicale et ce sous un faux nom pour échapper à la presse. Après une convalescence de six semaines, il se rétablit puis reprend non seulement les tournées pour l’UNICEF mais aussi sa carrière d’acteur7.

En 1996, il se lie avec Kristina Tholstrup, une Danoise richissime née en 1942, qu’il connaissait depuis 1981 quand ils étaient voisins sur la Côte d’Azur. Ils se marient discrètement à Copenhague le 10 mars 20028.

Décès
Roger Moore meurt le 23 mai 2017 des suites d’un cancer. La nouvelle de son décès est annoncée par ses enfants via son compte Twitter.

 
Films de James Bond
1973 : Vivre et laisser mourir (Live and Let Die) de Guy Hamilton
1974 : L’Homme au pistolet d’or (The Man with the Golden Gun) de Guy Hamilton
1977 : L’Espion qui m’aimait (The Spy who Loved me) de Lewis Gilbert
1979 : Moonraker de Lewis Gilbert
1981 : Rien que pour vos yeux (For Your Eyes Only) de John Glen
1983 : Octopussy de John Glen
1985 : Dangereusement vôtre (A View to a Kill) de John Glen
Télévision
1958-1959 : Ivanhoé (Ivanhoe) (série de 39 épisodes) : Ivanhoé

1962-1969 : Le Saint (The Saint) (série britannique de 118 épisodes) : Simon Templar
1971-1972 : Amicalement vôtre (The Persuaders!) (série de 24 épisodes) : Lord Brett Sinclair
Voix françaises
Claude Bertrand fut la voix française régulière de Roger Moore de 1964 à 1985. Moore fut aussi doublé occasionnellement par d’autres comédiens tels que Jean-Louis Jemma, René Arrieu ou encore Claude Giraud.

Description de cette image, également commentée ci-après

Roger Moore en 1973.

Roger Moore vers 1960.

 

Roger Moore au festival de Cannes 1989 avec sa troisième épouse.

 

Roger Moore en 2012.

 (source: Wikipedia)

 

L’homme et le scorpion

Ma vie au présent simple

« Un Maître Zen vit un scorpion en train de se noyer et décida de le tirer de l’eau. Lorsqu’il le fit, le scorpion le piqua.

Par l’effet de la douleur, le maître lâcha l’animal qui de nouveau tomba à l’eau en train de se noyer.

Le maître tenta de le tirer nouvellement et l’animal le piqua encore.

Un jeune disciple qui était en train d’observer se rapprocha du Maître et lui dit : « Excusez-moi M…aître, mais m……ais pourquoi insistez vous ???Ne comprenez vous pas qu’à chaque fois que vous tenterez de le tirer de l’eau il va vous piquer ? »

Le maître répondit: « La nature du scorpion est de piquer et cela ne va pas changer la mienne qui est d’aider. »

Alors, le maître réfléchît et à l’aide d’une feuille,il tira le scorpion de l’eau et sauva sa vie, puis s’adressant à son jeune disciple, il…

View original post 71 mots de plus

Nuage de Tags