S'il te plaît, apprivoise-moi…

Articles tagués ‘marc bourbon’

Cinéma: Le Festival de Cannes a 70 printemps et ouvre aujourd’hui

Cannes, 70 years of festival ! © photo marc bourbon droits réservés – copyright marc bourbon all rights reserved. 70ème édition du festival du film à Cannes en cette année 2017. Evénement médiatique mondial, le 1er marché mondial du film avec plus de 11000 participants, Cannes est connu dans le monde entier. Sur ma photo: […]

via Cannes, 70 ans de festival ! — marc aerophoto

Poésie: Goutte de sable (illustration: Marc Bourbon)

marcaerophoto-cap-ferret-0734.jpg

Goutte de sable

Je boirai la dernière goutte de sable
dans le désert où tu m’as laissé
Je traverserai tous les Saharas
crierai, hurlerai dans tous les déserts,
userai tous les bâtons de pèlerins
pour retrouver ton oasis:
j’ai si soif de toi…

Tu es tout sauf un mirage
mets-moi au goutte à goute
et fais de ce sable de la lumière,
un vitrail coloré qui sème la vie
Ni avec toi ni sans toi
aujourd’hui tout est si compliqué:
je cours après cette flamme improbable
qui brûle en moi
qui brûlait en nous
qui mord et apaise,
dune après dune, vague après vague,
et mon vague à l’âme m’emporte
encore vers toi, tempête du désert,
mon coeur se serre, ma gorge est sèche,
je bois ce calice de silice jusqu’à la lie,
hallali de sables mouvants,
sable qui coule entre mes doigts
comme je coule entre les tiens.

**************

Illustration de l’ami Marc Bourbon, photographe aérien

Retrouvez-le sur son blog: https://marcbourbonaerophoto.wordpress.com/

Printemps des Poètes: Méandres, photo aérienne de Marc Bourbon

Méandres

Mon cerveau se perd
en conjectures, en vaines hypothèses
Mon cerveau malade
ne retrouve aucun repère

Mon cerveau circonvolue,
il erre d’hémisphère en hémisphère
et , d’impasse en impasse,
il revient toujours en arrière,
il tombe toujours sur la case
« impair et mauvaise passe »

Où donc es-tu, mon ami si fier?
Pourquoi ainsi m’abandonner?
Mes cellules grises foutent le camp par poignées,
Mes méninges se mélangent les pédales
et moi même je pédale dans la semoule.

Ca part en sucette et bientôt
je serai complètement ramolo:
Ma Muse ne me reconnaîtra plus
et ma plume tournera en rond
avant se sombrer corps et biens

Ma conscience n’a plus de tête
et glapira bientôt coin-coin.
Vieillir n’est pas qu’un naufrage
c’est un fieffé carnage.
J’ai perdu mes illusions,
mes cheveux et mes dents,
je perds la boule: c’est pas trop cool mais,
même mort,
je t’aimerai encore…

******

Photo aérienne de Marc Bourbon, à retrouver sur son site 

https://marcbourbonaerophoto.wordpress.com

Poésie: Le passage du Gois

marcaerophoto-gois-9964.jpg

Le passage du Gois

Mon coeur est de guingois

Il angoisse

entre ciel et mer
entre terre et ciel
entre mer et terre
entre toi et moi

Tout va de travers
c’est du grand n’importe quoi
tant la chamade mon coeur bat.

Qu’importe où nous allons:
la traversée c’est l’aventure
allons y à pied, à la nage
périssons ensemble
et parlons-en encore.

Tiens-moi la main,
plus fort,
encore plus fort:
je n’ai peur de rien:
il n’y a jamais de lendemain.

Les neiges d’antan ont fondu
Celles de l’Himalaya bientôt ne seront plus:
faisons que la traversée soit belle, éternelle.
Cultivons notre chemin puisque chaque jour est le dernier
Qu’aujourd’hui soit le plus fort!

marcaerophoto-gois-9965.jpg

Les photos sont signées de la main du Maitre Marc Bourbon, toujours photographe aérien de son état.

Voir les détails sur son site marc aerophoto.com

Poésie: Camargue

marcaerophoto-camargue-2645b

Camargue

Mon coeur camargue depuis que tu n’es plus là
Il ne bat plus la chamade.Il est à l’arrêt,
Isaumâtre, trop amer, statufié.
Ce coeur ne bat plus que dans des eaux douteuses,
étendues vides, qui piquent mes artères.

Moi voilà malade, rongé, troublé.
J’ai le mal de mer et celui de vivre
comme une salicorne racornie.
Mes larmes dessaleraient tout autre marais,
n’importe quelle morue, un viel haddock,
une colonie de harengs.

Je t’ai déjà oublié, j’ai oublié ton nom,
tes mots capricieux, frivoles, sans intérêt
et pourtant,
je n’existai que par toi, par ta voix,
ton rire champagne, sa silhouette de flamant rose
ce je ne sais quoi aérien.

Je ne suis plus qu’un grain de riz au milieu de nulle part.
Le taureau ailé est à terre,
carcasse imbécile qui pourrit
au milieu de la rizière, sans oreilles,
émasculé, une épée plantée dans le dos.

Suprême supplice: ce sel m’empêche de couler,
m’empêche de sombrer, d’être englouti tout à fait.
Tantale, Prométhée, je suis votre frère de souffrance:
c’est un peu long l’éternité, non?

marcaerophoto-camargue-2645r

*********************************************************************

Illustrations photographiques de notre photographe aérien préféré, Marc Bourbon, familier des lieux et dont vous saurez un peu plus dans l’article suivant qui lui est consacré par le journal Sud-Ouest

Poésie: Dans l’étang de Léon

marcaerophoto-lac-leon-6276

Dans l’étang de Léon

Dans l’étang de Léon, on y fait des ronds
des petits, des grands, des ronds un peu patraques,

des ronds qui ont pris un coup dans l’aile
des zéros pointés, des roues de bicyclettes,
des ronds de chapeaux carrés.

Dans cet étang maudit marécage,
se sont engloutis les rêves que j’avais
fabriqués pour ton sommeil,

trop belle Ophélie, naufragée,
cadavre bercé d’illusions paumées
qui vogue entre deux eaux languides.

Tant pis! Inutile de pleurer
ça tournera bien plus rond un autre jour:
il n’y a pas que
des numéros gagnants dans cette loterie

bringuebalante: la roue continuera de tourner
et moi de nager  chantant,
rêvant,  profitant juste de cet étang enchanteur.
Si je vois Merlin, j’en fais un crapaud,
si je croise Léon, le camé,
si je croire Léon…
je le transforme en étang!


L’illustration est signée de notre photographe aérien préféré: Marc Bourbon. Je vous invite à cliquer sur le lien pour voir l’univers si magique de Marc et de savoir où se trouve vraiment cet étang de Léon, qui existe bel et bien. 

Pendant que j’y suis, Marc, que je prenne le temps de te dire publiquement plutôt qu’en privé toute mon admiration pour ton travail. Le pire est que, ayant la prétention de bien connaître la France pour l’avoir tant vadrouillée, tu me fais découvrir des coins dont je n’ai même jamais entendu parlé… Bravo et toute mon amitié!  C’est un plaisir d’être porté par tes images pour écrire… Merci encore.

marc aerophoto | ma vision aérienne – my aerial photography vision

https://marcbourbonaerophoto.wordpress.com/

Poésie: Perdues dans le sable

marcaerophoto-biscarosse-1680

Perdues dans le sable

Ainsi vont les amours:
Elles finissent toujours sous le sable,
aimables mirages
qui laissent un goût de sel et de colère amère .

Inutile de pleurer ces châteaux en Espagne,
inutile de crier ni de prêcher dans le désert,
il ne reste que des coeurs séchés, des promesses trahies
et aucun océan sera assez grand pour cacher les blessures secrètes.

Repartons pour l’aventure, reprenons le chemin,
les voies de traverse, les impasses
et mordons tous les fruits inconnus.
Et s’il faut creuser, trouvons de l’or, du pétrole
ou une nouvelle lumière. Pour les vieux renards solitaires,
il y aura toujours des étoiles à contempler
et une pleine lune sous laquelle chanter.

*****

Avec l’aimable autorisation de Marc Bourbon pour la photo

Appréciez son travail de photographie aérienne sur son site

marcbourbonaerophoto.wordpress.com

Nuage de Tags